Retour

31 juillet / 1er Août 2011

Bivouac au Mont Blanc

                                                "... une nuit sur le toit de l'Europe"

 

 

 

 

La grimpette au Mont Blanc ... "Monter, souffler, rêver"

"bivouac mont blanc" _ "bivouac sommet mont blanc" _ "planter la tente mont blanc" _ "dormir sur le toit de l'Europe" ... on a tout tapé sur Google .... en vain ; rien pour nous donner une idée de ce qui nous attendait, rien pour nous donner une idée de la sauce à laquelle nous allions nous faire bouffer. Aucun récit, aucune photo d'une quelconque aventure similaire qui nous aurai motivé un peu plus. Notre seul souvenir ? Ce film de Rébuffat ou le vieux Gaston construit un igloo sur le sommet en compagnie de son ami Haroun Tazieff. A cette époque, compte tenu de l'équipement, leur aventure relevait un peu de l'exploit.

Nos interrogations avant le départ étaient surtout relatives au mal des montagne (le fameux MAM). En effet, nous allions passer de 500 à 4810 m en quelques heures sans acclimatation particulière et pour y passer plus de 10 heures. Au plus grave, un oedème pulmonaire au beau milieu de la nuit, là était notre véritable question.

Peu importe les risques, peu importe les difficultés, nous savions parfaitement que le voyage sera majestueux. Aspirine et autre poudre secrète en poche, nous partons !

31 juillet 2011. Il faut forcer un peu pour faire rentrer le sandwich dans le sac plein à craquer. Laurent sort la balance du coffre de la 307 .... je pose mon chargement, verdict : 15,4 kg !!!!!! Quelques minutes plus tard la benne du téléphérique de l'Aiguille du Midi lâche les fauves à plus de 3800 m d'altitude. Comme dit Laurent "il va falloir monter tout ça là haut maintenant".

Tacul, Maudit, Col de la Brenva ... un itinéraire que l'on connait, un paysage toujours aussi fantastique. Les derniers mètres sont difficiles, Laurent m'offre à chaque coup de "moins bien" une dosette de gel sucré, un truc certainement utilisé par les cyclistes du tour de France tellement le rebond est fort. Pas après pas, nous arrivons au sommet du Mont Blanc vers 16 h 30, seuls tout là haut.

Au dessus des nuages, l'instant est tout simplement magique !

 

mont blanc 001

mont blanc 002

mont blanc 003

mont blanc 004

mont blanc 005

mont blanc 006

Laurent à la sortie de l'Aiguille du Midi

 

Les 3 Monts Blancs

 

Laurent au col du Midi

 

Sous les séracs du Tacul

 

Aiguille du Midi

 

Dans le Mt Maudit

 

mont blanc 007

mont blanc 008

mont blanc 009

mont blanc 010

mont blanc 011

mont blanc 012

Fab dans le MB du Tacul

 

Aig. du Midi et Aig. Verte

 

Cordes fixes du Mt Maudit

 

Après l'épaule du Mt Maudit

 

Avant le col de la Brenva

 

... pas si chaud !

 

mont blanc 013

mont blanc 014

mont blanc 015

mont blanc 016

Les derniers mètres

 

Le Mt Maudit vu d'en haut

 

Poids des sacs : + de 15 kg !!

 

Fab proche du sommet

 

 


Le Bivouac ... "Creuser l'emplacement, planter la tente, vivre l'instant"

 L'euphorie qui suit l'arrivée au sommet du Mont Blanc a rapidement fait place à de nouveaux efforts. Et quels efforts !

Les derniers mètres de l'ascension ne sont rien comparés aux coups de pelle nécessaires pour creuser le trou. Oui, c'est bien un trou qu'il est utile de creuser pour planter une tente à cet endroit. Bien que le vent soit calme et annoncé faible pour les 24  prochaines heures, il est capital de s'abriter à cette altitude. Une fois de plus, Laurent fait preuve d'une condition physique hors norme dans cet exercice. Pour ce qui me concerne, chaque coup de pelle me laisse la sensation d'avoir fait un 100 m. Nous passons presque 2 h à établir le camp.

Vers 18h30, le rituel du bivouac commence. Déplier le duvet, préparer le repas, faire fondre de l'eau ... ah oui, quelle histoire cette eau ! Faire fondre de l'eau à 4810 m n'est pas trop compliqué, mais pour la faire bouillir, vous avez largement le temps de descendre à Vallot et de remonter histoire de vous réchauffer un peu ! ... mouais, sans plaisanter, il faut bien 45 min pour faire bouillir une petite casserole !!! Pendant ce temps, nous faisons le Mt Blanc. Il est à 1 minute de la tente et 2 m dénivelé de plus ... belle occasion pour accueillir cette cordée et son guide partie des Houches le matin même et qui sera de retour au refuge du Goûter vers 21h30. Une bien belle façon de faire le Mt Blanc et d'éviter la cohue du Goûter à 1h du matin pour le départ vers le toit de l'Europe.

Quelques instants plus tard, ces derniers alpinistes quittent le sommet pour nous laisser seuls sur ce lieu féérique. Succession d'instants magiques, photos, vidéos, nous vivons un moment fort. L'eau est toujours aussi lente à bouillir. Le mal de tête arrive bien plus vite que les bulles dans la casserole, le froid me saisit, l'appétit coupé je me glisse dans le duvet vers 20h, achevé. Pendant ce temps Laurent fait son footing sur l'arête du sommet. Cette force de la nature restera dehors toute la soirée et immortalisera un coucher de soleil hors du commun, un spectacle dont peu de gens ont la chance d'admirer.

La nuit nous enveloppe, les nuages se déchirent enfin, ce n'est pas ce soir que nous vivrons l'enfer d'un orage au sommet du Mont Blanc, court instant de soulagement. Premier sommeil de 10 minutes, réveil, nouveau p'tit som ... la nuit sera ainsi. Entre somnolence, maux de tête et coup d'œil sur la montre. Je confirme, par manque d'acclimatation, l'altitude provoque des insomnies. Malgré les performances thermiques de nos duvets, ce n'est pas les grosses chaleurs. Seul l'ours des Fiz avec qui je partage cet aventure "crève de chaud" !!!  Au cœur de la nuit, l'intérieur de la tente est recouvert d'une fine pellicule de givre, (résultats de condensation qui gèle), nous dormons dans un frigo !

Lundi 1er août - 5h30, nous attendons avec impatience les premiers rayons du soleil pour réchauffer cette capsule jaune perchée au sommet de l'Alpe. A l'intérieur ma montre affiche -3°, l'air si sec nous a littéralement séché les yeux et la bouche. L'eau dans les bouteilles est gelée mais laisse passer quand même quelques goutes, la fin de nuit est difficile, vivement le plein jour.

Vers 6h30, nous entendons les cris de joie des premiers alpinistes qui foulent le toit de l'Europe. Nous décidons de nous lever ! Je demande à Laurent d'aller chercher les croissants à Cham. Un bol de thé tiède avalé et hop, nous plions la tente. C'est bientôt l'heure du grand vol !!!

 

mont blanc 017 mont blanc 018 mont blanc 019 mont blanc 020 mont blanc 021
   

 

     
mont blanc 022 mont blanc 023 mont blanc 024 mont blanc 025 mont blanc 026
   

 

     
mont blanc 027 mont blanc 028 mont blanc 029 mont blanc 030 mont blanc 031
    Nous étions seuls au sommet ... le temps d'un soir

 

mont blanc 032 mont blanc 033 mont blanc 034 mont blanc 035 mont blanc 036
Laurent "heureux"

 

  Le plus haut camping d'Europe.

 

   
mont blanc 037 mont blanc 038 mont blanc 039 mont blanc 040 mont blanc 041
      Une cordée partit des Houches ....

 

... arrivent enfin vers 18 h 30.

 

mont blanc 042 mont blanc 043 mont blanc 044 mont blanc 045 mont blanc 046
Dt du Géant et Gdes Jorasses

 

L'Aiguille du Midi

 

  " Camping 3 étoiles"

 

 
mont blanc 047 mont blanc 048 mont blanc 049 mont blanc 050 mont blanc 051
Réveil à 4810 m     L'ombre du Mt Blanc depuis la tente Le plus beau coucher de soleil d'Europe

Le Vol ... "Un retour si rapide, mais tellement magique"

Faire le Mont Blanc est quelque chose de vraiment magique. Malgré toutes ces ascensions ici, l'arrivée au sommet est toujours différente, toujours aussi émotive ... bivouaquer là haut avec un copain est si fort que le copinage se transforme en réel amitié. Arriver à mixer un Mt Blanc, un bivouac au sommet et un vol en parapente le lendemain ... c'est franchement le must du top !

Ce matin là, ce sont en permanence des dizaines d'alpinistes qui se croisent sur le sommet. Nombreux nous prennent en photo devant la tente .... Trente minutes plus tard, nous déplions les ailes quelques pas sous l'arête. J'entends parmi les voix "c'est la plus belle des descentes, dans 30 min ils sont dans la vallée". Malheureusement le vent de travers gauche nous empêche de décoller en même temps et ainsi d'être proche lors du vol.

Peu importe, le pari est gagné. Nous décollons tous les deux vers 8h à quelques minutes d'intervalles et survolons rapidement l'arête des bosses avant de passer versant Ouest du Mont Blanc. Le plan de vol est simple; rester toujours à gauche de Vallot et Bionnassay - Refuge Durier - Col de la Voza - Passy. Tout ceci afin d'éviter la zone de vol interdite en juillet-août pour faciliter les secours dans le massif.

45 minutes d'un vol fantastique et d'un calme absolu. Tous les élément étaient réunis ce week-end là pour vivre pleinement cette aventure vraiment originale.

Merci à Laurent pour cette idée. Je voulais faire un simple Mt Blanc à pied pour une petite acclimatation en vue des prochains 4000 ... c'est chose faite. Nous avons le plein de globules rouges !

Merci à tous mes sponsors, merci à Alexandra qui s'occupe des p'tits bouts pendant ce temps, et merci également à Sandrine, la femme de Laurent, pour son soutien pharmaceutique ;-)

 

  mont blanc 052 mont blanc 053 mont blanc 054 mont blanc 055 mont blanc 056

 

Laurent se prépare

 

... et le voici en vol !

 

Arête des Bosses après le déco

 

Fab en vol

 

mont blanc 057 mont blanc 058 mont blanc 059 mont blanc 060
Aig. de Bionnassay

 

... une si belle arête ....

 

.... un si beau sommet !

 

Laurent en l'air ...

 


La vidéo de Laurent - Piolet15.com

 

 

 

 

                                  

Texte :  Fabrice BRUN © Skyandsummit.com

Photos et vidéos : Laurent Leemans - Fabrice BRUN © Skyandsummit.com et Piolet15.com